PUB


Votre Publicité ici

jeudi 19 novembre 2020

L'ÉCOLE - En tant que lieu de changement et de formation

L'ÉCOLE - En tant que lieu de changement et de formation

Ecole éducation



Dans le langage courant, le mot école prend différentes significations telles que, par exemple, bâtiments, groupes scolaires et enseignants, activités didactiques et enfin courants littéraires ou de pensée.

Dans les sciences sociales par école, nous entendons l'institution scolaire qui vise à éduquer, spécifiquement,  les nouvelles générations.

L'école est née à l'ère moderne, avec l'avènement du mouvement des Lumières, mais elle ne s'est affirmée qu'au milieu du XIXe siècle, lorsqu'en Europe, en particulier,   un débat s'est ouvert entre qui était en faveur des politiques éducatives et qui c'était contre: les partisans disaient qu'un peuple instruit est mieux géré, ceux contre qui il échappe au contrôle.

Dans la phase de scolarisation, les attentes des gens quant à l'utilité de l'école se sont accrues, car la conviction s'était répandue que pour être au monde, il fallait avoir une éducation pour répondre aux attentes du monde du travail et de la société, et avoir un plus grand bien-être.

L'école a subi plusieurs changements au fil du temps: autoritaire auparavant, flexible et prête à accueillir aujourd'hui les intelligences et la créativité alternatives.

Évidemment, le processus d'évolution de l'école a rencontré de nombreuses difficultés, et surtout de nombreuses théories ont donné la parole au soi-disant «système scolaire».

Les théories scolaires sont des systèmes de croyances et d'attitudes qui tendent à décrire cette réalité   et à clarifier sa dynamique.

Souvent, les idéologies scolastiques sont des idéologies de soutien et de conservation qui ont tendance à légitimer l'école telle qu'elle est.

Cependant, les idéologies de contestation et d'innovation sont également courantes, visant à justifier des interventions de changement, et des utopies, essentiellement critiques, mais sans propositions alternatives réalisables.

Ces idéologies diffèrent d'un pays à l'autre et changent avec le temps en raison de transformations sociales ou d'événements spécifiques.

En outre, les idéologies scolastiques présentent des contenus similaires, comme les croyances sur l'utilité de l'école, qui vont essentiellement dans deux directions: l'efficacité et l'humanisation.

Le premier estime que l'école peut être un lieu qui offre à l'individu les outils nécessaires pour faire face à des sociétés de plus en plus complexes et de plus, les plus éduqués sont capables d'affronter le travail avec plus d'enthousiasme, de mieux maîtriser les moyens technologiques et enfin , pour s'adapter aux changements et aux nouveaux besoins.

Avoir des masses éduquées représente une immense richesse pour une société.

D'autre part, dans la ligne de l'humanisation, on pense que l'éducation peut donner un visage humain à la société et peut apporter des réponses aux problèmes sociaux, de la déviance à la toxicomanie, au racisme et aux organisations mafieuses.

On retrouve aussi parmi les contenus   les avis sur la méthode scolaire, étroitement liés à la formation de l'élève.

L'école doit former l'élève sur la base de ses capacités et compétences, elle doit les placer en fonction de la place qu'il mérite dans la société, elle doit être capable de comprendre les différences et les difficultés, parvenant à récupérer tout le monde.

De toute évidence, ces idéologies sont le résultat de tendances et d'influences politiques, et de nombreuses pensées sur l'école pourraient être douteuses ou même fausses, car ces idéologies visent le contrôle et la mobilisation sociale, et non la simple connaissance de la vérité.

Les idéologies scolaires doivent être distinguées des théories scolaires, non seulement parce qu'elles sont plus fondées, puisqu'elles sont étudiées du point de vue de multiples disciplines telles que la pédagogie, l'économie et la sociologie, mais surtout parce que la perspective avec laquelle elles sont produites et les méthodologies sont beaucoup plus concrètes et vérifiables dans la réalité.

Les théories de l'école font ressortir des programmes éducatifs auxquels se heurte l'école, qui répondent à des programmes latents qui, bien que non explicites, circulent dans les écoles.

Ceux-ci enseignent aux enfants la discipline, le respect de l'autorité et la soumission au pouvoir formel. Pourtant, les programmes d'aujourd'hui ne font généralement pas allusion à ces objectifs, bien loin de l'idéal actuel de l'éducation.

Lorsque la méfiance à l'égard des idéologies scolaires dépasse certains seuils, des idéologies de contestation ou d'innovation peuvent surgir, ce qui peut inspirer les pédagogues et les universitaires de l'école, élaborant de nouvelles théories.


THÉORIES SOCIOLOGIQUES DE L'ÉCOLE


Fonctionnalisme: l'école transmet les besoins et les connaissances entre les nouvelles et les anciennes générations, répondant aux besoins spécifiques de la société: c'est une institution utile à la survie de la société.

Selon le point de vue fonctionnaliste, l'école assume des tâches spécifiques au sein de la société:

transmission des connaissances et promotion culturelle:

la fonction de l'entreprise est de transmettre les connaissances et la tradition aux nouvelles générations.

L'école ne se limite pas à la transmission des connaissances mais est un lieu de nouvelles connaissances acquises, même si cela tend souvent à décourager l'initiative des élèves car certains systèmes ne fonctionnent pas. D'autre part, elle mûrit la curiosité, la pensée critique et autonome au sein de l'individu.

L'école doit maintenir un équilibre entre conservation et innovation, car il est bon qu'elle transmette l'existant, et donc les faits réels, car elle doit se mesurer avec les innovations culturelles et technologiques, pour éviter la dissolution de la culture. On dit que l'école est cyclique et en même temps contre cyclique, en phase avec la tendance de la nouveauté et en contre-tendance. 


Socialisation: selon Parsons, partisan et théoricien fonctionnaliste, l'école a la tâche de socialisation intermédiaire car elle doit éduquer l'enfant, qui vient de quitter l'environnement familial, à faire face à des relations de plus en plus neutres et universelles. L'école doit apprendre à l'enfant que dans le monde, il se fraye un chemin seul, avec ses propres compétences, mérites et engagement.

Sélection et allocation dans le système social: la sélection est un outil que l'école utilise par rejet ou par promotion, et par conséquent, le formateur sélectionne l'élève en fonction de ses compétences et de son engagement. L'allocation est la compétence que l'individu doit posséder pour se faire une place dans la société.

Chacun finit donc par occuper une place dans la société. L'école agit comme un filtre, car elle pousse les nouvelles générations à aller à l'école en masse et arrête ensuite les individus à différents niveaux d'enseignement. L'activité scolaire sert également d'orientation. Sur le chemin, l'école trie les étudiants en les orientant vers un type de formation plutôt qu'un autre.




Contrôle social: selon Durkheim, père fondateur du fonctionnalisme, l'établissement d'enseignement est nécessaire à la survie de la société. L'école crée la cohésion entre les individus et les groupes en jetant les bases du maintien de l'ordre social.

Il offre une sorte de contrôle interne, car il agit sur les consciences pour que les individus intériorisent les valeurs et les normes et développent une vision commune, par conséquent les membres de la société finissent par se sentir unis et peuvent se contrôler par eux-mêmes.

En réalité, le contrôle social opéré par l'école consiste en une combinaison de contrôle interne et externe qui, en interaction   , se renforcent mutuellement, générant des mécanismes particulièrement raffinés et efficaces.

Dans leur vie, les enfants font l'expérience d'un système de récompenses et de punitions qui servent non seulement à façonner leur esprit, mais aussi à les rigidifier. L'école n'est donc pas une oasis de formation mais est déjà une société qui discipline et normalise avec toute la dureté de ses règles. 


Conflits et intégration à la marginalité: dans toute société, des tensions et des conflits se créent entre les groupes. L'école est chargée de gérer les conflits et d'intégrer les présences marginales. Ici, cependant, les injustices réellement créées au sein du système scolaire sont sous-estimées, créant des inégalités objectives (par exemple: la tête de la classe). De plus, on a tendance à sous-estimer les conflits qui sont souvent générés par les objectifs et les valeurs générés par l'école et qui vont à l'encontre de ceux de la famille ou du groupe de pairs. Il n'est donc pas vrai que l'école joue un rôle d'intermédiaire en parfait accord avec les autres agences de socialisation.




Théories des conflits: la société est le théâtre de divisions, divisions et oppressions avec des groupes qui finissent par dominer les autres. L'école est impliquée dans les divisions et les luttes sociales et est un moyen de perpétuer le pouvoir et les inégalités.


L'école reproduisant les rapports de domination: selon Marx, père des théories du conflit, la forme que la société assume et la culture sont des superstructures, qui prennent leur base structurelle dans la civilisation, constituée par l'organisation économique, c'est-à-dire la manière de produire et critère par lequel les ressources matérielles sont ensuite exploitées.

Ces superstructures sont à la fois importantes car elles assurent et rendent possible un ordre économique. L'école et l'éducation sont importantes parce qu'elles s'approprient les notions socioculturelles et les transmettent de génération en génération. Ainsi, de grands systèmes économiques peuvent exister au fil du temps tant que de grands changements se produisent dans les modes de production.

Pour Marx, l'école peut être exploitée à des fins révolutionnaires, car il croit qu'elle peut éveiller les consciences en amenant la civilisation à un nouvel ordre. 

Production d'idéologies et de culture: l'école n'est pas neutre, mais se range du côté des groupes dominants, qui non seulement détiennent le pouvoir et les ressources, mais auxquels appartiennent les idées et les valeurs enseignées à l'école.



Production de force de travail, soumission et consentement: l'école se prête au recrutement de main-d'œuvre pour l'appareil productif, se subordonnant aux intérêts entrepreneuriaux. Pour cette raison, des masses de jeunes sont soumises à un processus de formation entièrement orienté vers le système de production.

 

Comprendre les sociologies: l'hypothèse de telles théories est que les phénomènes sont étudiés de l'intérieur si l'on veut vraiment les comprendre. Il faut entrer dans la vie scolaire, se mettre à la place des élèves et regarder les choses de leur point de vue. Le résultat de l'école réside dans l'expérience scolaire des élèves.

La fausse école des ressources de la domination: selon Weber, maître de sociologie, la société est source de luttes, mais la domination d'un groupe sur un autre ne dépend pas seulement d'un facteur économique, comme le pensait Marx, mais nous luttons pour un statut supérieur qui se caractérise par le contrôle des ressources matérielles, par le prestige et par l'appartenance à un groupe qui a une identité opposée à l'identité des autres.

L'école distribue des ressources de domination, c'est-à-dire des moyens qui permettent de se placer au-dessus des autres, ces derniers   ont une valeur essentiellement symbolique, à tel point qu'ils sont souvent sans utilité pratique.

La vie à l'école: comprendre les sociologies ont tenté de regarder à l'intérieur de l'école en se livrant à une micro étude sociologique de l'interpersonnalité et des expériences individuelles. Ils ont utilisé des méthodes telles que l'observation participative et les histoires de vie.


SYSTÈMES SCOLAIRES DANS LES PAYS AVANCÉS

le système scolaire de chaque pays est caractéristique et ne peut être compris que par un examen détaillé, qui prend en compte sa structure, son fonctionnement et son   contexte culturel et historique dans lequel il s'insère.

Systèmes démocratiques et d'élite: les systèmes d'élite favorisent un segment de la population en offrant une éducation de meilleure qualité et de prestige, tandis que les systèmes démocratiques ont tendance à offrir des chances égales à tous. En fait, le type d'élèves qui avancent et s'orientent vers les meilleures voies correspond dans une large mesure aux classes ou groupes dominants qui détiennent le pouvoir. Les systèmes scolaires démocratiques présentent des caractéristiques opposées: différences moins marquées entre les parcours de formation, canalisations tardives, filtres moins sévères, moins tendance à reproduire les inégalités dans les parcours scolaires.


Unifiés et différenciés: ces types de systèmes s'efforcent de créer des écoles égales pour tous. D'autre part, ils ont des avantages et des inconvénients, car réunir des étudiants de traditions, de cultures et de langues différentes risque de nier leur identité d'origine et de créer une unité forcée.


Centralisé et décentralisé: le contrôle des activités scolaires peut être centralisé entre les mains de l'Etat ou délégué en partie aux autorités locales ou aux organismes scolaires locaux. Il convient de distinguer un contrôle économique, qui s'exerce à travers le décaissement de fonds, et un contrôle décisionnel, qui consiste en la faculté de faire des choix dans divers domaines importants pour la définition de l'activité scolaire.


Gestion étatique et mixte: dans le monde, il existe des pays où l'éducation est entièrement gérée par le Sato et d'autres sous gestion mixte, en partie étatique, en partie privée. La gestion strictement étatique est antidémocratique. Expose le risque que ceux qui sont au pouvoir, c'est-à-dire l'État, plient l'éducation à leurs desseins. De plus, elle ne permet pas à la pluralité des matières présentes dans la société de s'exprimer, de donner vie à différentes écoles et de contribuer à la promotion culturelle, à l'innovation pédagogique et à l'amélioration du système.


Orientation technico-professionnelle et formation-générale: l'école peut se préparer au  travail, enseigner des notions pratiques mais en assumant des bases mixtes solides pouvant contribuer à des expériences technico-professionnelles.

 

SCOLARITÉ


Par scolarisation, nous entendons ce phénomène typiquement social   par lequel une population est soumise à l'éducation.

Les gouvernements promeuvent diverses stratégies pour rendre l'éducation accessible à tous: éducation gratuite, scolarité obligatoire et formation même pour ceux qui travaillent. Souvent, étendre le phénomène de la scolarisation de masse est aussi la demande qui vient d'en bas, de la présence donc d'individus qui s'inscrivent et font pression pour acquérir des compétences et des qualifications. Pour protéger ces droits, l'UNESCO est née en 1946, ce qui contribue au maintien de la paix, au renforcement de la coopération des nations, à la promotion de l'éducation, de la science et de la culture.

 

Indicateurs absolus d'alphabétisation


Analphabétisme et alphabétisation: les écoles secondaires sont engagées dans la lutte contre l'analphabétisme. Les taux d'alphabétisation et d'alphabétisation indiquent l'efficacité de la scolarisation de base,

Structure de la population par degré de rendement: représente la répartition des différents niveaux d'éducation dans l'ensemble de la population. C'est un indicateur qui nous donne une idée du type d'éducation qui caractérise un pays particulier étendu à toutes les tranches d'âge.

Durée de la scolarité: ce sont les années de scolarité obligatoire. De toute évidence, dans tous les pays, cela est subjectif, car cela dépend de la demande d'éducation des classes inférieures.

Publications: l'éducation d'un pays dépend de l'édition, des livres, des magazines et des journaux qui y sont publiés, car plus ils sont lus, plus l'éducation sera développée.



Indicateurs d'alphabétisation relative


Taux de scolarisation: il s'agit du pourcentage de personnes qui fréquentent l'école dans la tranche d'âge spécifique dans laquelle elle est accessible. On peut calculer le taux global de scolarisation en tenant compte de l'ensemble du parcours scolaire que l'école met à disposition ou, des taux de scolarisation différenciés, pour les différentes étapes de la carrière scolaire.

Taux de réussite scolaire: pourcentage d'élèves qui réussissent l'examen final d'un cycle parmi les enfants et les jeunes de la tranche d'âge de référence.


Scolarité attendue: elle exprime le nombre d'années qu'un élève de première année d'école dispose avant son parcours de formation.



L'explosion de l'école


Au cours du XXe siècle, l'éducation dans le monde a pris des proportions gigantesques. L'explosion de l'école s'est produite en deux temps. Au début, il y a eu la phase d'alphabétisation, au cours de laquelle la scolarité de base a été étendue à l'ensemble de la masse des nouvelles générations, avec pour résultat de réduire de plus en plus l'analphabétisme au sein de la population, atteignant le faire presque disparaître.

À un stade ultérieur, il y a eu la phase de scolarisation, de plus en plus de personnes inscrites dans des écoles supérieures et ont obtenu des diplômes supérieurs.

En Europe, la scolarisation de masse s'est répandue plus tard car il y avait encore des systèmes fortement liés à l'éducation traditionnelle des élites, et   donc ces régimes regardaient avec suspicion l'idée de démocratiser le système scolaire, ouvrant l'école à tous.

Aux États-Unis, la généralisation de la scolarité et le principe de démocratisation de l'éducation sont déjà un phénomène répandu et partagé. Ici, l'éducation était considérée comme un atout précieux en soi, quelque chose de très valable, indépendamment de l'importance d'avoir une société scolarisée.

L'explosion de l'école s'est produite essentiellement grâce à deux facteurs: l'industriel et le religieux.

Le premier a ses origines dans les changements du système de production qui ont créé le besoin d'une main-d'œuvre plus instruite. Dans la phase d'alphabétisation, il existe une demande de main-d'œuvre pour l'industrie et le personnel alphabétisé est préférable au personnel non alphabétisé. En outre, les personnes qui savent lire et écrire, et donc le travailleur éduqué, sont plus capables de s'adapter aux changements des machines et des processus de travail et aux innovations continues causées par le progrès technologique.

Le processus d'alphabétisation découle de besoins différents, sous la pression de la religion, en particulier avec le protestantisme, qui a promu cette capacité dans le but de permettre à chaque individu d'accéder aux écritures sacrées et de les diffuser.

EN ITALIE:  l'explosion scolaire en Italie est tardive et la population n'est pas encore éduquée aux niveaux existant ailleurs. Cela s'explique en partie par le fait que l'industrialisation en Italie a effectivement eu lieu après la guerre, et en partie par des événements historico-politiques, culturels et idéologiques et en particulier par l'approche donnée à l'école dans les réformes qui ont suivi.

L'analphabétisme a été réduit en raison du contournement et du contournement de l'obligation. Malgré déjà dans1923 un Le niveau législatif avait été établi la contrainte de fréquenter l'école jusqu'à l'âge de 14 ans, en fait c'est lors du recensement de 1981 que, pour la première fois, il y avait un taux d'éducation d'environ 100% à la fois au primaire et au collège.

En Italie, il y a également un retard dans la phase de scolarisation de masse. À partir des années 1950 et 1960   , l'école de masse et l'université de masse sont nées. Les universités se sont multipliées et le nombre d'étudiants inscrits au secondaire et à l'université a augmenté.

 

Sortie prématurée de l'école: un certain nombre d'élèves, malgré tous leurs efforts, restent sous-scolarisés ou mal scolarisés. Pour diverses raisons et de diverses manières, ils échappent à une intervention incisive de l'école, reçoivent une éducation moins élevée que prévu, ne s'intègrent pas adéquatement et se placent en marge du système. C'est là que se déroule l'abandon scolaire précoce, phénomène qui fait que nombre d'étudiants s'écartent des parcours de formation idéaux. Généralement, la dispersion est considérée comme quelque chose de physiologique, car puisque cette institution nécessite certaines compétences et sacrifices, tout le monde n'a pas un tempérament capable de surmonter les difficultés, et il y a donc ceux qui le font et ceux qui ne le font pas. Sûrement une analyse un peu simpliste, précisément parce qu'elle est indifférente car la dispersion a une série de conséquences négatives. à la fois économiquement, car cela implique un gaspillage pour l'entreprise qui investit des actifs pour éduquer, et nous voyons l'objectif non atteint. Les jeunes sans instruction forment alors des masses de personnes marginalisées et défavorisées qui n'assurent certainement pas la croissance sociale ou une garantie pour l'ordre de la société.

Des études suggèrent que le décrochage, surtout lorsqu'il est élevé, est un processus dysfonctionnel, qui ne sert pas à améliorer la qualité de l'éducation, ne répond pas à des critères rationnels et dénonce l'inefficacité de l'école.

Incongruité entre dispersion et productivité: il est faux de dire que les écoles les plus déscolarisées sont celles qui offrent les meilleurs produits et où les compétences les plus élevées sont requises. car cela peut aussi dépendre du manque de continuité entre les collèges et les lycées, où l'on trouve le taux d'abandon le plus élevé.


La mauvaise répartition des redoublements et des abandons peut dépendre:

organisation: le manque de continuité entre un cycle et un autre constitue un manque d'organisation qui se traduit par des rejetés et des jeunes qui s'interrompent puis reprennent après un certain temps.

Psychologique: il existe des individus souffrant de troubles psychologiques et relationnels, tels que la timidité, les tendances dépressives, etc. Souvent, cependant, les raisons psychologiques de la dispersion se trouvent dans les interactions avec l'école et dans l'adaptation des méthodes. Ici, ils peuvent déduire divers types de raisons telles que l'insécurité, un raisonnement froid et détaché sur la vie et l'école, le manque de propension à étudier, la souffrance et l'insuffisance du climat scolaire.

Socio-culturelles: différences socioculturelles en Italie, grâce à une étude, on a vu qu'elles sont déterminantes, car il est plus facile pour les enfants de familles pauvres et de parents peu instruits de les redoubler ou de les abandonner. L'environnement peu stimulant incite peu à étudier.



Scolarité et inégalités sociales


Pour que l'école fonctionne comme un instrument d'égalité sociale, la première étape consiste à offrir à tous les mêmes opportunités d'éducation. Si le degré d'éducation atteint est influencé par le sexe, la classe sociale, la race, cela signifie que l'école n'offre pas l'égalité des chances. Deuxièmement, l'école doit assurer un niveau d'éducation élevé afin que  l'individu peut alors atteindre un statut tout aussi élevé, occupant des postes plus importants et mieux rémunérés. De cette manière, la mobilité sociale deviendrait un canal ascendant pour passer des couches inférieures aux couches supérieures. Enfin, il est important de se demander dans quelle direction nous allons, même si aujourd'hui l'école n'offre pas l'égalité des chances, il y a encore les bases pour parvenir à une inclusion sociale égale. En Italie notamment, il existe un écart entre le Nord et le Sud, qui concerne essentiellement la scolarité obligatoire qui tend à pénaliser les bandes du sud en favorisant celle du nord.

Le célibataire bas n'est pas prédestiné, cependant, à une carrière terne: le single peut réussir, mais son groupe a moins de chances de réussir dans l'ensemble.

 

Éducation et mobilité sociale: on retrouve ce phénomène spécifiquement dans les études du sociologue fonctionnaliste Anderson, qui a noté qu'il n'y avait pas de relation entre l'éducation relative,  donc le niveau d'éducation plus ou moins que ses parents, et le le statut relatif, donc l'écart entre la position sociale acquise par l'individu dans la vie et la position sociale de ses parents. Les deux variables étaient absolument indépendantes. C'est le paradoxe bien connu d'Anderson. Le fait d'avoir obtenu un diplôme de l'enseignement supérieur à celui du père ne garantit pas un statut social plus élevé que celui de son parent, c'est pourquoi la relation entre le niveau d'éducation et la mobilité est complexe, car divers facteurs sont impliqués.

La voie aujourd'hui, et en fait la plus accréditée et la plus suivie, est d'améliorer l'école. Le fait que, jusqu'à présent, l'école n'ait pas réussi à offrir l'égalité des chances et des outils égaux aux individus pour atteindre certains objectifs, ne signifie pas qu'elle le sera pour toujours.

Il faut des changements forts et des présuppositions solides. L'idée selon laquelle l'école doit prendre en compte les différences existantes dans la société et en prendre en charge doit se concrétiser, en adaptant de temps en temps, les méthodes, les compétences, les pratiques et l'enseignement, en créant une école capable de répondre avec souplesse aux différences. L'amélioration de l'école passe par une transformation complexe, faite de réformes, qui favorisent l'individu, et non des intérêts d'une autre nature comme elle l'est encore aujourd'hui.

Faire grandir le bien-être intellectuel et créatif au sein de l'individu, pour que les contrastes sociaux   et les inégalités se transforment en un souvenir lointain.

  • Blogger Comments
  • Facebook Comments

0 commentaires:

Publier un commentaire

Item Reviewed: L'ÉCOLE - En tant que lieu de changement et de formation Description: Rating: 5 Reviewed By: Admin
Scroll to Top